Mystérieuse Diablotine

Bienvenue sur mon blog

10
déc 2010
Posté dans ADO par ouiounon à 11:07 | 3 réponses »

Drogues

Le cannabis affaiblit les défenses

Mise à jour le jeudi 9 décembre 2010 à 11 h 40

Un joint de cannabis

Photo: iStock

Le fait de fumer de la marijuana diminue les fonctions immunes de l’organisme et augmente ainsi les risques d’avoir un cancer ou une autre infection, montre une étude américaine.

Le Dr Prakash Nagarkatti et ses collègues de l’Université de Caroline du Sud ont étudié au microscope des cannabinoïdes, un groupe de composés présents dans le cannabis.

Ces cannabinoïdes sont aussi présents dans le THC, utilisé dans le domaine médical en tant qu’analgésique.

Le cannabis est l’une des drogues les plus consommées au monde, et nous savons déjà qu’il a la propriété d’éliminer les fonctions immunes en sensibilisant le fumeur aux infections et à certains types de cancer.

— Dr Prakash Nagarkatti

Le Dr Nagarkatti pense que la clé de cette inhibition est un type unique de cellules immunes, qui n’ont été découvertes que récemment par des immunologistes, appelées cellules suppressives dérivées de myéloïdes (MDSC ou Myeloid-derived suppressor cell).

Normalement, les cellules immunes se dressent contre les tumeurs et les infections pour assurer la défense d’un individu, mais, selon les chercheurs, les MDSC auraient une action contraire et inhiberaient le système immunitaire.

Il a été démontré que la présence des MDSC s’intensifie chez les patients atteints de cancer et qu’ils seraient aussi responsables de l’inhibition du système immunitaire dans le traitement du cancer, favorisant la croissance de la tumeur.

La découverte

Les auteurs de ses travaux publiés dans l’European Journal of Immunology ont démontré que les cannabinoïdes stimulaient les MDSC en activant les récepteurs cannabinoïdes.

Ainsi, grâce à leurs résultats, ces chercheurs ont déterminé que les cannabinoïdes de marijuana contrôlaient le système immunitaire en activant les MDSC.

Hyperlien externe

* Radio-Canada n’est aucunement responsable du contenu des sites externes

Cannabinoid receptor activation leads to massive mobilization of myeloid-derived suppressor cells with potent immunosuppressive properties (en anglais)

Résumé de l’article publié dans l’European Journal of Immunology

Top 14 Orange

http://www.rctoulon.com/ 

Agen
Site officiel + forum : http://www.sua-rugby.com/
Bayonne
Site officiel + forum : http://www.avironbayonnaisrugby.fr/
Site de l’Association : http://www.aviron-bayonnais.asso.fr/
Biarritz
Site officiel + forum : http://www.bo-pb.com/
Supporters du BO : http://www.aupabo.com/
Bourgoin-Jallieu
Site officiel : http://www.csbj-rugby.fr/
Forum : http://passion.cieletgrenat.free.fr/
Brive
Site officiel : http://www.cabrive-rugby.com/
Forum : http://www.ca-libre.net/
Castres
Site officiel : http://www.castres-olympique.fr/
Clermont
Forum : http://www.cybervulcans.net/
Rugby solidarité : http://www.xvdesgaulois.com/
Site officiel : http://www.asm-rugby.com/
La Rochelle
Site officiel + forum : http://www.staderochelais.com/
Montpellier
Site officiel : http://www.montpellier-rugby.com/
Perpignan
Site officiel + forum : http://www.usap.fr/
Racing Métro 92
Site officiel : http://www.racing-metro92.com/
Stade Français
Site officiel + forum : http://www.stade.fr/
Toulouse
Site officiel + forum : http://www.stadetoulousain.fr/

8
déc 2010

Image de prévisualisation YouTube

8
déc 2010
Posté dans MEMORIUM par ouiounon à 4:30 | Pas de réponses »

La légende de John Lennon 08.12.10 

Trente ans après la mort tragique de John Lennon, Liverpool lui rend hommage à travers une série de manifestations culturelles (concerts et expositions).AFP/KAZUHIRO NOGI Il est près de 23 heures, le 8 décembre 1980, lorsque John Lennon et Yoko Ono arrivent au « Dakota », immeuble huppé de New York.

L’ex-Beatles a voulu rentrer directement après leur séance d’enregistrement, plutôt que d’aller dîner quelque part. Devant l’entrée, Mark David Chapman, 25 ans, ne lui laisse aucune chance :

John Lennon reçoit quatre balles dans le dos.

Le jeune déséquilibré lui avait demandé un autographe quelques heures plus tôt. Dans les heures qui suivent, la foule se masse devant l’élégante façade située en bordure de Central Park, les chaînes de télévisions interrompent leurs programmes.

Le monde entier pleure la mort du membre le plus charismatisque des Beatles.

John Lennon avait fait scandale en déclarant en 1966 que les Beatles étaient « plus célèbres que le Christ ».

Trente ans après, même l’Eglise lui a pardonné cette pointe d’insolence. Le « Nowhere Boy » de Liverpool savait aussi jouer l’autodérision, comme dans « Live at the BBC », qui compile des passages des Beatles sur les ondes britanniques entre 1963 et 1965.

Après le guitariste George Harrison, le jeune homme se présente ainsi : « Je suis John et je joue aussi de la guitare (…). Parfois, je joue les idiots… » Interrogé sur ses excès – les initiales de « Lucy in the Sky with Diamonds » forment l’acronyme LSD –, l’artiste assume sans se démonter, balayant les leçons de morale des uns et des autres. 

Le chanteur principal du groupe a connu la gloire et déchaîné les foules avec Paul, George et Ringo.

Il finira pourtant par quitter la formation, en 1969, pour poursuivre au côté de Yoko Ono une démarche artistique et politique qui leur est propre. 

 – qui s’enferme plusieurs jours dans une chambre d’hôtel, à Amsterdam puis à Montréal, pour défendre la paix – laissent certains sceptiques, d’autres amers : les fans des Beatles accuseront souvent Yoko Ono d’avoir brisé le groupe mythique.

Pendant cette période naît cependant Imagine, en 1971, hymne pacifiste resté le titre le plus célèbre de la carrière solo du chanteur.

Après sa mort, la veuve de John Lennon, qui entretient la mémoire du chanteur, a répété à plusieurs reprises et jusque devant les Nations unies le message de paix de l’artiste.

Dans un secteur de Central Park rebaptisé « Strawberry Fields » où les fans célèbrent chaque année la mémoire du chanteur, une mosaïque centrale porte l’inscription « Imagine ».

 

8
déc 2010
Posté dans SANTE par ouiounon à 3:40 | Pas de réponses »

Vers un dépistage généralisé du sida ?

En France, près de 50 000 personnes ignorent leur séropositivité. Le plan national 2010-2014 de lutte contre le sida prévoit le dépistage généralisé du VIH. Christian Andréo, directeur des actions nationales de l’association Aides, revient sur cette mesure.

Consultants : Christian Andréo, Directeur des actions nationales de l’association Aides

 

Tendance Santé : En quoi consiste le dépistage généralisé du sida proposé par le ministère de la Santé ?

Christian Andréo : Le plan national 2010-2014 de lutte contre le VIH/sida prévoit un dépistage gratuit du VIH dans la population générale, entre 15 et 70 ans, y compris chez les personnes qui n’ont pas de facteur de risque ou ne sont pas à un moment particulier de leur vie comme la grossesse.

Le dépistage sera proposé aux personnes n’ayant jamais été dépistées, à l’occasion d’une visite chez leur médecin généraliste. D’autres professionnels de la santé seront impliqués, tels que les pharmaciens et les laboratoires.

En France, alors que près de 7.000 infections par le VIH sont recensées chaque année, environ 40.000 à 50.000 personnes ignorent leur séropositivité. Le dépistage généralisé a pour but d’améliorer la prévention de l’infection par le VIH et de faciliter l’accès aux soins des personnes.

Il est important de multiplier les occasions de dépistage. Le bénéfice d’une prise en charge précoce a bien été démontré. Dépister le plus tôt possible une infection par le VIH permet d’optimiser l’accès aux soins de la personne diagnostiquée et d’améliorer la prévention, avec des mesures différenciées en fonction des besoins et du public.

TS : Qui est concerné par le dépistage généralisé du VIH ?

Christian Andréo : Le dépistage généralisé s’adresse avant tout aux milliers de personnes qui ignorent leur séropositivité. Elles ne se considèrent pas à risque et ne prennent pas de mesure préventive. Tout le monde a intérêt à connaître son statut sérologique et devrait au moins avoir fait un test de dépistage du VIH au cours de sa vie, même s’il pense ne pas avoir de facteur de risque. Connaître sa séropositivité est important pour la suite de la prise en charge qui, pour être efficace, doit être effectuée le plus tôt possible. Mais le patient ne doit pas être forcé : il doit être informé, et son libre arbitre et son consentement doivent être respectés.

Sans alerter la population, l’intérêt est de faire prendre conscience que ce dépistage peut faire partie de la prise en charge de la santé. La proposition du dépistage de sida doit être considérée comme un examen de routine. Tout le monde peut être concerné par une infection au VIH. Des bilans de santé doivent être effectués régulièrement, en fonction des conditions de vie du patient, de sa maladie et de son parcours.

TS : Ce plan de dépistage généralisé du VIH est-il vraiment réalisable ?

Christian Andréo : Le dépistage généralisé est réalisable, mais il se mettra en place progressivement, pas d’un coup. C’est la question de l’applicabilité de ce plan, en termes de moyens et de cadre légal, qui se pose.
 
Afin de mener à bien cette opération, les centres de dépistage gratuit doivent être repositionnés en avant et rendus plus accessibles à toute la population. Chaque professionnel en contact avec la prévention ou les soins doit proposer un dépistage complet du sida et des infections sexuellement transmissibles. Des campagnes et des mesures incitatives doivent être conduites.

Les tests de dépistage rapide doivent être utilisés pour faciliter cette stratégie. Dans ce sens, la parution au Journal officiel le 17 novembre 2010 d’un arrêté (1) qui élargit les conditions de recours au test de dépistage rapide à orientation diagnostique du VIH est une avancée majeure. Ces tests pourront être réalisés par les médecins exerçant dans des cabinets libéraux, les personnels des établissements et services de santé comme les médecins, les biologistes médicaux, les sages-femmes… ainsi que par les associations.

TS : Quels obstacles peuvent freiner la généralisation du dépistage du VIH ?

Christian Andréo : Augmenter le dépistage de l’infection par le VIH soulève d’autres problèmes : si le nombre de personnes diagnostiquées augmente, la découverte de personnes séropositives va également augmenter, ce qui bien sûr est le but de ce plan. Vu les difficultés auxquelles fait face l’hôpital public, notamment dans le secteur des maladies chroniques infectieuses, la situation risque de se compliquer si le nombre de personnes suivies pour une infection au VIH augmente. Il se posera une question d’engorgement : outre les réorganisations hospitalières, on devra affronter le problème d’éventuelles ruptures de stocks d’antirétroviraux. Nous ne sommes sûrs de rien, mais il faut anticiper.

Ce qui est gênant, c’est que le plan est sorti en catimini. Maintenant, avec le récent remaniement ministériel, nous sommes dans l’expectative pour travailler : quels seront les premiers gestes et quels seront les moyens financiers engagés ?

 

 

(1) « Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d’orientation diagnostique de l’infection à virus de l’immunodéficience humaine (VIH 1 et 2) » : lire le texte.

8
déc 2010
Posté dans MUSIQUE par ouiounon à 3:26 | Pas de réponses »

Image de prévisualisation YouTube

8
déc 2010

Image de prévisualisation YouTube

8
déc 2010
Posté dans MUSIQUE par ouiounon à 3:13 | Pas de réponses »

Image de prévisualisation YouTube

Guscard and a brand-new Hai... |
galactik football |
mes ami(e)s, ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L&R
| Rendez-vous de l'Appre...
| chacha: son blog